Les pleurs du bébé

 

Il a pourtant mangé, été changé, il n'a pas l'air d'avoir froid et n'a pas de température, son nez n'est pas bouché, il a fait une longue sieste cet après-midi. Malgré cela bébé ne s'arrête pas de pleurer, il est inconsolable et cela depuis des heures.

Les pleurs excessifs (c'est comme ça qu'on les nomme) du bébé peuvent avoir diverses causes mais sont encore trop souvent rangés dans la case des "coliques" et pourtant ce ne serait pas la cause principale de ces pleurs.
Il faut tout d'abord savoir que seulement 5% des bébés qui présentent des pleurs excessifs ont une raison médicale. Pour les 95% restants il existe diverses hypothèses :

 

Hypersensibilité sensorielle

Certains bébés présenteraient dès la naissance une sensibilité particulière aux stimuli sensoriels extérieurs, aux odeurs fortes notamment, l'odorat étant le seul sens ayant été observé lors de cette étude.
(Étude menée par Russia Ha-Vinh Leuchter et Alexandra Adam-Darqué, chercheuses au Child Developpment Laboratory de l’Université de Genève.)
Certaines odeurs désagréables activeraient des zones particulières du cerveau de bébé, de façon excessive, ce qui causerait des pleurs difficiles à calmer.
Cette hypothèse expliquerait jusqu'à 48% des pleurs excessifs.
Nous pouvons imaginer que d'autres stimuli tels que des bruits désagréables provoquent la même chose.

Dysrythmie du soir

Au 1er trimestre de vie du bébé, son horloge biologique mature et se régule. Cette mise en place provoque quelques désagréments.
Il est entre 17 et 23 heures environ, bébé est agité et pleure. Il est en train de vivre une transition du rythme veille/sommeil. Il commence à percevoir l'alternance jour/nuit et ses cycles d'éveil et de sommeil courts jusqu'ici deviennent plus longs. Ce bouleversement provoque en fin de journée une hyperactivité. Le système d'éveil s'emballe et a du mal à se réguler, l'alternance n'arrive plus à se faire.

Décharge

Au cours de sa journée, bébé a vécu tout plein d'expériences. Il a été stimulé par des bruits, des odeurs, des lumières, du toucher de choses nouvelles, peut-être a-t-il rencontré de nouvelles personnes, ou est passé de bras en bras, s'il est en crèche il a baigné dans les pleurs et cris des autres enfants depuis le matin, il a donc besoin d'extérioriser tout cela le soir venu auprès de ses parents en qui il a confiance et se sent assez en sécurité pour exprimer ses émotions, en pleurant.

 

Coliques 

Elles peuvent être identifiables par : un visage rouge, les poings serrés, les jambes fléchies, le ventre tendu, des gaz, de l'inconfort et de l'agitation, des pleurs intenses.
Dysmotricité intestinale, déséquilibre du microbiote, troubles digestifs pourraient être à l'origine de ces coliques.

 

Cause inconnue/inexpliquée

Même si plusieurs raisons ont été trouvées grâce à des recherches et études, les pleurs excessifs gardent une part de mystère. Quoi qu'il en soit, tous les bébés passent par des phases plus ou moins intenses de pleurs, mais rassurez-vous, ses pleurs finissent par s'apaiser. Ce sont des périodes difficiles à traverser, elles sont épuisantes et anxiogènes pour les parents, mais les pleurs excessifs s'estompent progressivement.


Les pleurs d'un bébé évoquent généralement à l'adulte de la détresse ou de la douleur, ce qui n'est pas forcément le cas. Un adulte qui pleure ou crie est effectivement la plupart du temps dans une de ces deux situations à la différence d'un bébé qui lui peut pleurer pour bien d'autres raisons (même si celles de la détresse et de la douleur ne sont pas exclues).

Les pleurs ne sont pas mauvais, au contraire, en s'exprimant ils permettent de libérer certaines hormones telles que celles du stress. On se sentirait donc mieux après avoir pleuré. (À savoir que les bébés ne produisent pas de larmes avant 2 ou 3 mois ce qui peut laisser penser que le stress s'évacuerait moins bien et générerait donc plus de pleurs.)
Vouloir à tout prix faire taire les pleurs de son bébé pourrait finalement être contre productif.
On a alors la solution d'accompagner les pleurs en berçant bébé par exemple, en le portant, en chantant, en lui parlant, en lui disant que tout va bien, que l'on comprend, qu'on est là... Les bébés ne comprennent pas les mots mais sont réceptifs à l'empathie, ils comprendront votre intention par le ton, la voix, le regard.

Si les pleurs de votre bébé deviennent compliqués à supporter, passez le relais, et si vous êtes seul(e), installez votre bébé dans son lit, sur le dos, en sécurité, et sortez de façon à ne plus l'entendre et à reprendre vos esprits, puis appelez quelqu'un qui peut vous apporter de l'aide (parent, frère, sœur, ami(e), voisin(e)). Il existe également des numéros d'urgence*. N'hésitez pas à les contacter, ils vous apporteront écoute et soutien.

Les bébés pleurs tous, certains plus que d'autres ou plus longtemps. 20% des bébés en bonne santé présentent des pleurs excessifs.
Entre 3 semaines et 3 mois environ, les bébés pleurent beaucoup, le pic se situant autour de 2 mois. Tous les bébés sont concernés par cette phase mais à différents degrés. Un bébé présentant des pleurs excessifs peut pleurer jusqu'à 6 heures par jour. Il est donc important pour l'adulte de lui aussi s'apaiser et retrouver son calme. Prendre du temps pour soi est important, même 5 minutes par-ci par-là dans la journée. Prenez l'air, respirez calmement, écoutez une musique qui vous emmène ailleurs l'espace d'un instant.
"Si maman va, tout va." (Merci Fabuleuses au foyer)
Si papa va, tout va.
Alors prenez soin de votre bébé mais également de vous, ne vous oubliez pas !

* 0 805 382 300 - allô parents en crise
0 805 650 004 - Écoute parents
119 (disponible 24h/24h)

Marine Vieville - Janvier 2024

Créez votre propre site internet avec Webador